Pourquoi encore un blog ? En janvier 2014 j'ai commencé un arbre généalogique concernant nos ancêtres, tant côté BOUSQUET que DUFFIÉ. J'y ai passé des centaines d'heures (le pire que j'ai du faire c'est 12 ou 13 heures....dans la même journée- je me suis calmée depuis) et l'entreprise est allée au delà de mes espérances. Depuis gamine j'ai toujours rêvé de pouvoir voir dans le passé par le petit trou de la lorgnette - juste voir un peu comment c'était "autrefois", si c'était en noir et blanc ou en couleur, monter sur un cheval lancé au galop, me battre au côtés des pirates...bref du rêve qui vous allez voir était un peu prémonitoire.

Ces recherches m'ont fait voyager en Dordogne, en Corrèze, à Paris, dans le Loir-et-Cher, le Pas-de-Calais, l' Orne  et chose inattendue en Bretagne plus particulièrement à Saint-Malo....Cet été je suis allée pour la seconde fois de ma vie à Nadaillac berceau de la famille Bousquet, j'ai retrouvé le manoir familial du XVe au XVIIIe siècle, je suis allée voir les terres de Sologne des ancêtres Duffié....

J'ai retrouvé grâce au site de généalogie "Généanet" des cousins  ( Jean Ritter que grand-père a bien connu et Patrick Seurat ) issus des soeurs de notre arrière-arrière grand-père Alphonse Bousquet. Je les ai rencontrés en décembre dernier.  Après notre prise de contact l'un d'entre eux Patrick Seurat s'est du coup interessé à notre aïeul commun et à l'usine de toiles d'Indienne à Essonnes  ( devenu Corbeil-Essones ) qu'il avait racheté aux ancêtres d'Oberkampf et a fait des recherches poussées aux Archives Nationales entre autres et va probablement bientôt en faire une publication dans la revue des cahiers Historiques de Jouy-en-Josas.

Toujours grâce au site ce sont les descendants du mari de la tante Déa ( Clémentine Hocquigny ) dont je possède le buste dans le salon, qui m'ont contacté car ils ont  fait des recherches poussées sur Clémentine. C'était une femme passionnante et mystérieuse et grâce à du courrier que j'ai la chance d'avoir je leur ai permis d'éclaircir quelques zones d'ombre...il en reste encore d'ailleurs. Ils sont 3, deux soeurs et un cousin. ( Delphine Lesage et sa soeur Martine et François Dupont-Nivet).

Comme j'ai exploré toutes les pistes de notre arbre j'ai également fait des recherches côté Dumonchau. Tante Suzanne m'avait dit ainsi qu'à Florence que le nom complet était Dumonchau........et autres lieux. dans mes recherches je n'ai rien trouvé de semblable. A l'occasion des voeux j'ai téléphoné à une lointaine cousine de grand-père qui se nomme Dumonchau et vit dans le midi ( Adorable femme que j'ai hâte de rencontrer et ce sûrement au printemps). Elle est issu d'un frère de notre ancêtre parti vivre à Orange. D'ailleurs sa mère envoyait régulièrement à la maison un morceau de brioche aux fruits confits qui se fait là-bas pour l'épiphanie.  Nous avons bien bavardé et je lui ai posé la question au sujet du nom. Tout de suite elle m'a dit que bien sur c'était Dumonchau de Fourquevilliers. Du coup grâce à cette piste j'ai retrouvé des non pas Dumonchau mais Demoncheaux de Fourquevilliers ou Foncquevillers suivant les époques.....

Ainsi j'ai plein d'histoires à vous raconter, d'anecdotes trouvées au fil des archives de l'Etat-civil et autres documents.....malheureusement je ne suis pas très douée pour l'écriture, mais vous me le pardonnerez j'espère.

Le Cardinal de Retz disait "Lorsqu'on compte ses ancêtres, c'est qu'on ne compte plus". Je ne suis pas d'accord. En fait la recherche des "morts" m'a permis de les faire revivre et surtout de découvrir des "vivants" sympathiques et passionnants.

Je n'ai pas mis le blog en privé pour que l'accès soit facile, mais aucun moteur de recherche  ne pourra le trouver. Si par la suite vous jugez qu'il est suffisament interessant on pourra alors changer son statut.