Aujourd'hui j'ai écrit un tout petit texte qui ne concerne pas la famille mais qui est très surprenant. Aussi je vous le livre tel que je l'ai écrit pour une revue de généalogie.

Mariage et naissance le même jour

 

 

Elle accouche le jour de son mariage.

  En parcourant l'état-civil de Terrasson-Lavilledieu en Dordogne, je suis tombée sur deux actes qui sont loin d'être communs. Un mariage et une naissance le même jour.

  Nous sommes le 12 janvier 1783, et le mariage a semble-t-il été décidé un peu rapidement, car l'acte commence ainsi ; « le 12e janvier 1783 et du consentement de Demoiselle Jeanne Segnat,,,,après avoir observé toutes les formalités présentes, j'ai donné la bénédiction nuptiale à Sieur Jean Lapeyre, procureur.... ». Le marié doit avoir moins de 30 ans car c'est sa mère, veuve qui donne son autorisation et le curé ne fait pas mention de la publication des trois bans  durant trois dimanches consécutifs, ni s'il s'est trouvé quelques empêchements au mariage, comme il l'a fait au précédent ainsi qu'au suivant quelques jours plus tard.

  La mariée est Françoise Léonarde Boyer fille légitime de Marie Delhau et Bertrand Boyer.

  Les témoins sont Messire Jean Joseph Devins, écuyer, Sieur Jean Verguiau écuyer, Sieur Antoine Lanoix procureur et François Lajaunie sonneur de cloches, tous quatre habitants Terrasson, qui ont tous signés.

  Nous avons affaire à une famille de notable, le marié étant procureur. On ne sait rien sur sa jeune épouse, concernant son milieu social, mais probablement le même, l'endogamie étant de règle surtout dans les classes sociales favorisées.

  Dans notre cas la jeune fille n'a peut-être que tardivement accepté de donner le nom du futur père car le mariage à été célébré vraiment au dernier moment puisque l'acte suivant est celui du baptême de son fils Martial Lapeyre né le jour même du mariage, le baptême lui-même ayant été célébré le lendemain.

  Cet événement n'a pas dû passer inaperçu, peut-être que la mariée avec la fatigue a accouché durant la cérémonie ou pendant le banquet ..... nous ne le saurons jamais...