En début de semaine,  je faisais des recherches dans les tables décénales de l'état-civil de la ville de Compiègne à la recherche d'un éventuel fils Hocquigny.  Il m'est apparu un grand nombre de noms de famille étranges. Je suis donc allée voir les actes eux-mêmes pour vérifier quelque chose. Ces noms si savoureux étaient bien les noms donnés à des enfants trouvés. Nous sommes dans les années 1830- 1838 et quelque chose d'assez effrayant saute aux yeux.  Toutes les deux pages du registre des naissances, il y a entre 1 ou 2 enfants déposés dans le "tour" de l'hospice de la ville ( petite porte aménagée dans la gande porte des hospices où l'on pouvait déposer l'enfant dans des couvertures à l'abri du froid. C'est saint Vincent de Paul qui a inventé le tour, mais il est devenu obligatoire par  décret impérial en 1811, puis fermés vers 1903 pour être remplacés par des bureaux d'admission où la mère pouvait venir anonymement.)  La personne sonnait alors la cloche pour prévenir le gardien de l'hospice.  Cette pratique évitait l'infanticide et donnait une toute petite chance au nourrison.  

Pour en revenir à ces noms étranges et en lien avec le premier jour de l'année, j'ai trouvé cette fillette appelée

 Eleonore Anastasie Jourdelans

Eleonore Anastasie Jourdelans née à Compiègne le 1er janvier 1832 vue 14 mise dans le tour de l'hospice le 24 avril 132

 

A.D. 60 Compiègne 1832 vue 14/634 acte 271.

 

Née le 1er janvier 1832 à Compiègne et abandonnée dans le tour de l’hospice le 24 avril 1832.

Il est noté que cet enfant était " emmaillotté d'une chemise , d'une couche, un lange de burro, une brassière d'indienne violette, d'un fichu de coton bleu, un bonnet d'indienne à fond blanc à fleurs roses, garni de même étoffe. Il était porteur d'un petit billet dont la teneur suit  : cet enfant est née le 1er janvier 1832, elle a été baptisée elle s'appelle Eleonore Anastasie enfant naturelle".

A bientôt pour la suite de ces noms improbables donnés aux nourrissons abandonnés....